Qu'elles soient des œillets de NiceDes roses de BaccaratQu'elles soient tulipes, narcissesMarguerites, lilasQu'elles soient modestes fleurs des champsOu qu'elles soient plantes vertesAchetées ou offertesOu les deux en même tempsQu'elles nous arrivent en boutonsOu les pétales grands ouvertsQue je les mette sans façonDans un humble pot de terreOu dans le vase en cristalCelui que l'on dit de BohêmeDans un tout autre c'est égalC'est toujours le même problèmeChez nous les fleurs ne tiennent pasNe tiennent pasNous n'avons pas la main vertePas la patience peut-êtrePour les connaître il faut du tempsC'est un peu comme avec les gensIl faut savoir que l'une souhaiteVoir le soleil par la fenêtreIl faut partager le secretDe celle qui veut vivre cachéeNous n'avons pas la main verteAujourd'hui non, demain peut-êtreQu'on les mette sur la terrasseOu près de la cheminéeEnfin qu'on les change de placeRien n'y faitQu'on les arrose tous les joursOu une fois par semaineQue tu leur dises des mots d'amourDes poèmesChez nous les fleurs ne tiennent pasNe tiennent pasNous n'avons pas la main verteCoquelicots, pâquerettesFleurs des villes ou fleurs des champsAnonymes ou aux noms savantsChez nous vous perdez la têteVous n'êtes pas à la fêteOn vous aime bien pourtantC'est vraiment comme avec les gensNous n'avons pas la main verteLe cœur y est mais pas la tête

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct