À l'âge de six ans. Mon cadeau de NoëlUne arme en plastique réplique industrielle.Il y a des guirlandes partout dans la maison.Je remercie Santa Clauss, parce qu'il a été bonÀ l'âge de sept ans. Il m'en fallait une autre.Malheureusement, je l'ai trouvée à qui la faute.J'étais dev'nu expert dans le tir instinctif.Entendre toutes ces détonations était mon seul kif.Pour moi l'avenir était au bout de mon canonMon père avait des armes et on tirait devant la maisonSur des bouteilles vides comme dans les films de John FordEt comme je visais juste, j'ai eu la garde-robeUn treillis camouflage et puis des bottes de pluieArmes automatiques revolver et uziFusil d'chasse, Fal, GlockUn jour de bon matin, j'ai tiré sur le coq.Puis dans la cour de l'école je m'embrouille avec une filleQuand j'y pense aujourd'hui. C'était des broutillesPour me venger. J'prérare une opération.Ouvre le garage sélectionne des munitions.9 heures du matin on se place devant l'écoleAvec mon pote John. On patiente on boit de l'alcoolTapis dans les feuillages j'attends la sonnerieAvec un genou à terre non c'est pas des conneriesPorté par l'adrénaline. J'arme la M 16Rafale de balles. J'ai eu ma première victimeJohn a l'fusil à lunette. C'est comme un jeu"Tiens je te vends un feu. Tu fumes qui tu veux"On est en Arkansas. Mon père dit sans cesse c'est sensas.Port d'armes. Il aime les actions sans schlass.Deux morts. Onze blessés CNN parlantDe moi Steve Carter. Enfant de huit ans.

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct