Qu'ils soient d'ici où de n'importe quel parageMoi j'aime bien les gens qui sont de quelque partEt portent dans leur cœur une ville ou un villageOù ils pourraient trouver leur chemin dans le noirVoilà pourquoi Jean de Bordeaux, François de NantesVoilà pourquoi Laurent le gars du CanigouPierre le Normand et toi Joël de la CharenteJ'aime tant vous entendre parler de chez vous.Quand le dernier verre se videDans les bars d'AdélaïdeOn a le cœur qui se vide aussiLorsque l'on pense au pays !Chaque premier janvier on dit c'est la dernièreLa dernière année que je passe en AustralieEt le premier janvier suivant nous voit refaireMême serment qui sombre à son tour dans l'oubliÇa serait pourtant le moment de revoir nos plagesCar les pays se ressemblent de plus en plusEt dans dix ans nous trouverons dans nos villagesDes distributeurs de hot-dog au coin des rues !Le whisky parait acideDans les bars d'AdélaïdeLorsque l'on garde au palaisLe souvenir du BeaujolaisEt dans vingt ans sans avoir revu nos falaisesCitoyens d'Australie conscients de leurs devoirsA nos enfants nous apprendrons la langue françaiseMais leur accent ne sera pas celui du terroirAlors dis-moi de nos vingt ans François de NantesDe nos vingt ans Laurent le gars du CanigouPierre le Normand et toi Joël de la CharenteNos vingt ans d'aujourd'hui vous en souviendrez-vous ?Quand le dernier verre se videDans les bars d'AdélaïdeOn a le cœur qui se vide aussiLorsque l'on pense au pays !

Submit Translation Add to playlist Size Tab Print Correct