Le passager clandestin

Moustaki Georges


A bord de ce transatlantiqueQui fait la ligne régulièreEntre l'Europe et l'Amérique,Chargé de belles passagères,De la musique au premier pont,De beaux messieurs qui font la roue,L'œil égaré sous les juponsQui s'envolent par vent debout,à bord de ce transatlantiqueQui fend l'eau désinvolte et fier,Loin du champagne et d'la musique,Un clandestin fixe la mer.Une femme l'attend là-bas,Tout là-bas comme une promesse,Une femme comme il y en aDans le cœur d'un homme en détresse.Il reste assis, là, sans bouger,Dans la nuit de son fond de cale.Rien d'autre à faire qu'à gamberger,Compter les jours et les escalesEt les bruits de là-haut résonnentEt lui remplissent les oreilles.Dir' que là-haut, il y a des hommesEt puis des femm's et du soleil.Alors sa raison a craquéEt tant pis pour ce qui arrive,Il a quand même voulu risquerUn' promenade dans les coursives.Et la femme qui l'attend là-bas,Quel espoir la pousse à attendreSans seulement savoir s'il pourraPasser son cœur en contrebande.A bord de ce transatlantique,Dans une ambiance de croisière,Il y a belote en touristique,On joue au bridge dans les premières.Le ciel est bleu la mer est sage,Mais tout à coup grand branle-bas :On a vu ceux de l'équipageS'emparer de ce hors-la-loi.Sur l'océan comme sur la terre,Il y a les bons et les méchants.Ça ne fera qu'un fait diversSur l' livr' de bord du commandant.Mais la femme qui l'attend là-bas,Aura-t-elle assez de ses larmesPour pleurer quand ell' le verraDébarquer entre deux gendarmes ?

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct