Nous habitions tous deux la même villeEt notre école était la même aussiLe soir venu les garçons et les fillesSur le trottoir discutaient en amisTu étais le costaud de première classiqueJ'étais une cigale au cœur plein de chansonsLe bac nous paraissait l'examen diaboliqueQu'il fallait réussir pour le qu'en dira-t-on !Oh mon grand camarade rempli de gentillesseSi nous partions ensemble au long des chemins creuxJe confierai mon sort à ta folle jeunesseEt ma main dans ta main nous marcherions joyeuxEt ce serait tant pis pour la géographieQu'on apprenait dans les livresNous serions deux copains contents de voyagerPar les routes enchantéesNotre amitié est l'image légèreDu joli temps où nous étions heureuxQuand tu faisais l'école buissonnièreJe t'admirais te croyant audacieuxTu ne sécheras plus le cours d'histoire de FranceTu ne me verras plus demain tu vas partirPourtant je serais là dans ton adolescenceLorsque tu classeras tes chers vieux souvenirsNous souffrirons souvent mon gentil camaradeCar la vie nous attend pour nous mettre en prisonLes bourgeois n'aiment pas beaucoup la sérénadeEt moins encore peut-être l'esprit François VillonNous nous retrouverons enfin devenus sagesBouffis de préjugés bourgeois à notre tourEt nous saurons comme eux nous imposer l'usageDe regretter l'école nos printemps nos beaux joursAvant de devenir des grincheux mécontentsExaltons notre joie de vivretra la la la la la la

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct