Oh toi ma femme aux paupières de cèdre bleuAux regards fabuleux des enfants étonnésAux grands yeux prophétiques où l'on voit se baignerDes elfes mystérieuses en paillettes doréesTes longs cils font des trilles en fumée de gitaneTes longs cils sont des rames aux vagues de la merDes pont-levis fermés par ma bouche saléeTes longs cils font de trilles en fumée de gitaneOh toi ma femme aux paupières de cèdre bleuTes baisers ont le suc des tortillas indiennesDes fleurs d'acacia roses des gâteaux de NoëlDe pâte feuilletée fourrée d'orties au mielMa femme aux pieds de lune aux empreintes de fleursAux vérités poignards qui déchirent les nuesMa femme au rire nu aux sanglots retenusMa femme aux pieds de lune aux empreintes de fleursOh toi ma femme aux paupières de cèdre bleuAux cris d'oiseaux plaintifs dans ton sommeil d'enfantAux étreintes jalouses en mâchoires de tigreAux étreintes jalouses en pointes de diamantAu ventre palpitant de caille ensanglantéeA la bouche tendue comme un quartier d'orangeMa femme aux seins secrets aux lèvres de vendangeAu ventre palpitant de caille ensanglantéeEt je suis là moi je suis là sans rien te direRetenant les oiseaux dans ma bouche ferméeEt j'étrangle ma muse et j'étouffe ma lyreRetenant les oiseaux dans ma bouche ferméeOh toi ma femme aux paupières de cèdre bleuAux longs doigts de corail dans mes cheveux de laineAux longs doigts qui s'attardent aux bouches des fontainesOh toi ma femme aux paupières de cèdre bleuJe t'aime

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct