Le petit brouillard

Pierpoljak


Toujours ce sale petit brouillard,Toujours ce sale petit cafardQui vous transperce jusqu'aux osEt qui se colle à votre peau.Il me semble le voir encore,Le soir où son copain du portLui apporta le faux passeportEt son visa pour Buenos Aires.J'ignore ce qu'il avait fait.Je n'avais compris qu'une chose :Que sa dernière chance étaitQu'il prenne ce navire à l'aubeEt quand vint l'heure du départ,Je reçus son dernier regardDans le petit matin blafard,Déchiré par les sirènes.Toujours ce sale petit brouillard,Toujours ce sale petit cafardQui nous transperce jusqu'aux osEt qui se colle à votre peau.La passerelle était levéeEt c'est quand je l'ai cru sauvéQue des hommes sont arrivésEt l'on fait redescendre à terre.J'ignore ce qu'il avait faitMais, pour ne pas me compromettre,Il passa menottes aux poignetsSans avoir l'air de me connaîtreEt depuis qu'ils l'ont emmené,Je pense à lui des jours entiersEn regardant les longs courriersDiminuer et disparaître.Toujours ce sale petit brouillard,Toujours ce sale petit cafard,Toujours ce sale petit brouillard,Toujours ce sale petit cafard,Toujours ce sale petit brouillard,Toujours ce sale petit cafard...

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct