Comme il avait un cor, il prit l'autobusEt la receveuse maligneQui avait remarqué son petit air minus,Pour rire, l'appela "Bout de ligne""Ah ! dit-il, mad'moiselle, mon nom, c'est BoudassiéEt je ne voudrais pas que vous me boudassiez."{Refrain:}Car... pour... la... "Youpi, allez !",Je ne suis pas estropié.Je suis le "Youpi, allez !"Des femmes de mon quartier.Je leur fais "Youpi, allez !"Et c'est le pied.J'ai le secret, j'ai le biais.Si des pieds plats m'épiaient,Ils en s'raient pour leurs pieds.Dans c'que j'ai dit, grapillez.Ce n'est pas sur papierQue j'vais vous l'recopier.Lui contant ses fredaines, au bout d'un quart d'heure,Il avouait "Je crains Hélène" (crin et laine).Pour rir' la receveus' dit : "Vous êtes cardeur?"Il lui répliqua tout d'une haleine (une alène) :"Sachez-le mad'moiselle, je suis matelassierEt je vous materai comme je mate l'acier."{Refrain}La pauvre receveus' de l'RATPQue ces parol' dur' émurent,Lui dit dans un murmure, d'un air atterré :"De moins durs me voulur' et m'eurent.Ce que vous me dites là, mon petit rat, m'assiedMais... J'ai perdu le fil. Faut qu'vous le ramassiez....Ah ! Ça y est ! je l'ai retrouvé !"Ouais... pour... la... "Youpi, allez !"Je ne suis pas estropié.Je s'rai le " Youpi, allez !"D'une femme d'vot'quartier.Je vous f'rai "Youpi, allez !"Ça s'ra le pied.Ça n'sera jamais râpéMêm' s'il me faut... la paixPour vous donner la paix.C'que j'ai dit c'est pas pompier,Mais c'n'est pas sur papierQue j'peux vous l'recopier......du mur.

Send Translation Add to playlist Size Tab Print Correct