vistas 286

La Maison Sur Le Port

Amália Rodrigues


Il y avait des chansons, des chansons
Les hommes venaient y boire et rêver
Dans la maison sur le port
Où les filles riaient fort
Où le vin faisait chanter, chanter, chanter
Les pêcheurs vous le diront
Ils y venaient sans façon
Avant de partir tirer leurs filets
Ils venaient se réchauffer près de nous
Dans la maison sur le port

Les volets se sont ouverts et depuis
Les rires des filles se sont envolés
Sous un tube de néon
Un fonctionnaire à lorgnons
Est perdu dans ses papiers, vieux papiers
Où sont les rideaux à fleurs
Et les lampes de couleurs
Les cheveux de Maria, ses bras nus?
On dirait que tout est mort et bien mort
Dans la maison sur le port

Pourtant je suis revenue une nuit
J'avais cru qu'on y chantait comme avant
Mais les couples qui dansaient
N'étaient plus rien à présent
Que les ombres du passé, du passé
Vainement j'ai recherché
Cette fille que j'étais
Qui savait aussi chanter et aimer
Je vous dis que tout est mort et bien mort
Dans la maison sur le port

Ce n'est pas sur mes vingt ans que je pleure
Bien souvent avec les filles j'ai pleuré

Mais on aurait pu laisser
Nos chansons dormir en paix
Nos chansons et nos amours, nos amours
Je l'ai dit à Maria
Et aux filles de là­-bas
Allons boire pour oublier
Un petit marc

Puisque notre coeur est mort et bien mort
Dans la maison sur le port
Puisque notre coeur est mort et bien mort
Dans la maison sur le port